Société, culture et politique dans la France du XIXè siècle

Niveau concerné (cycle 3 ou cycle 4)

cycle 4

Classe

Quatrième

Point du programme abordé

Conditions féminines dans une société en mutation

Compétences mises en œuvre

 s’informer dans le monde du numérique.
 analyser et comprendre des documents.
 pratiquer différents langages en Histoire.
 coopérer et mutualiser. Se reperer dans le temps.

Emc l'egalite hommes-femmes/ le feminisim

Histoire des Arts: connaitre des oeuvres, les analyser,.connaitre dufferents courants artistiques et travailler avec des sources variees.

Marie-Rosalie Bonheur, dite Rosa Bonheur, née le 16 mars 1822 à Bordeaux et morte le 25 mai 1899 à Thomery, est une peintre et sculptrice française, spécialisée dans la représentation animalière.

la peintre Rosa Bonheur peint les animaux au XIXeme.

Une femme artiste, une pionniere dans le domaine artistique

Marie-Rosalie Bonheur, dite Rosa Bonheur, née le 16 mars 1822 à Bordeaux et morte le 25 mai 1899 à Thomery, est une peintre et sculptrice française, spécialisée dans la représentation animalière.

Une enfance heureuse:

 

Marie-Rosalie Bonheur naît le 16 mars 1822 à Bordeaux. C’est à la campagne, au château de Grimont, que se déroule l’enfance de Rosa, d’où son intérêt qui ne se démentira jamais pour la vie agreste et les animaux, tant domestiques que sauvages. Suite à des déconvenues familiales, Monsieur et Madame Bonheur se retrouvent désargentés et doivent partir pour Paris. 

Un pere acquis au socialisme

 

Malgré cette dèche, le père de Rosa et professeur de dessin, Raimond Bonheur, un Saint-Simonien aux idées progressistes, tient à ce que sa fille s’initie à la musique et à la peinture. Un encouragement paternel n’est pas anodin à une époque où la professionnalisation et la reconnaissance des femmes dans l’art, sont loin d’être acquises.

 

Une vie consacrée à l'art:

 

En dépit de la marginalisation des femmes dans l’art, au nom de préjugés misogynes (aux hommes la Création, aux femmes la Procréation), Rosa Bonheur, à 13 ans, abandonne son travail de couturière pour se consacrer entièrement à la peinture et au dessin.

 Elle travaille comme apprentie dans des ateliers, qui jouent alors un rôle primordial dans la conquête du droit à la formation artistique.

Rappelons que ce n’est qu’en 1897, suite à l’action de féministes opiniâtres, que les femmes seront admises à l’école des  Beaux-Arts.

Rendons hommage à l’Académie Julian qui accueillera des étudiants pauvres, des étrangers et des femmes. 

 

Rosa se rend au Louvre où elle est autorisée à copier les œuvres qui lui plaisent, à l’exception des nus qui restent interdits aux femmes, et ce depuis la Renaissance, ce qui explique que les peintres femmes se soient consacrées davantage aux natures mortes et aux paysages qu’aux scènes mythologiques ou historiques, réservées aux hommes.

 

En 1839, Rosa Bonheur commence à étudier les animaux, qui deviendront sa spécialité, tant en peinture, qu'en sculpture. 

Source: France Inter Rosa Bonheur

 

La peinture du « Labourage Nivernais » est l’une des plus connues de l’artiste./Rosa Bonheur

Rosa Bonheur (1822-1899) Peintre animalière du 19 ème siècle

 

 

Sur le plan social, la société proposée par Saint-Simon est fondée sur le principe de l'association entre les Hommes. Les privilèges de la noblesse et de la royauté doivent être supprimés pour en finir avec la féodalité et parce que l'aristocratie vit aux dépens de la nation. Elle s'oppose à tout privilège et droit de naissance.

Une immense majorité de travailleurs de toute nature, sont exploités par une faible minorité d'oisifs. Ainsi, des « propriétaires-rentiers », des aristocrates, louent leur terre à des métayers afin d'en tirer un plus grand parti. Or chacun doit pouvoir grimper dans l'échelle sociale et arriver au premier rang en fonction de ses mérites, mais ses travaux doivent être utiles à la société. Chacun doit obtenir la considération de la société, et les bénéfices associés doivent être proportionnels à sa capacité.

Pour y parvenir, l'industrie doit prendre le pas dans la société. Les industriels sont invités à former un parti et à prendre le pouvoir. En plus de l'union souhaitée de tous les producteurs, il faudra faire concourir les savants, théologiens, artistes, légistes, rentiers les plus capables pour organiser le nouveau système social, qui devra être le plus avantageux pour l'industrie et les producteurs et utile à toute la société et pragmatique, c'est-à-dire prendre en compte l'état actuel de la société.

Il faudra également encourager l'industrie, l'agriculture, le commerce et augmenter la production, faire de grands travaux, afin d'élever le niveau de vie des Français.