Le 23 avril 2013, la France est devenue le 9e pays européen à autoriser le mariage des couples homosexuels. Mais les débats autour de ce mariage pour tous ont été houleux et parfois violents, rappelant ainsi que les droits des homosexuels, et notamment leur droit à constituer une famille, divisent toujours une partie de la société française.

17 mai : Journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie

La Journée mondiale de lutte contre l'homophobie et transphobie (IDAHOT : « International Day Against HOmophobia and Transphobia ») est célébrée tous les 17 mai.
Cette journée a pour but de promouvoir des actions de sensibilisation et de prévention pour lutter contre l'homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie.

Depuis 2005, cette journée mobilise l’opinion publique sur les problèmes liés à l’homophobie et à la transphobie par le biais de colloques, de manifestations de rue ou d’événements artistiques. Dans le cadre du plan de mobilisation contre la haine et les discriminations anti-LGBT, la DILCRAH s’associe à cette journée à travers le soutien à divers initiatives sur l’ensemble du territoire.

Liberte Egalite Fraternite devise de la Republique

Un ideal de fraternite et de respect de toutes les citoyennes et de tous les citoyens quelque soit leur sexe, leur origine, leur religion ou non, leur culture etc.

 

En 1972, l'auteur-compositeur-interprète évoquait à la première personne un homosexuel victime de "lazzis et de quolibets". Un moyen de dénoncer l'homophobie, comme personne ne le disait alors.

"J'habite seul avec maman, dans un très vieil appartement, rue Sarasate..." La première fois qu'il a entendu Comme ils disent, à l'orée des années 2010, Alexis Patri avoue avoir ressenti un "électrochoc", face à la puissance intacte de cette chanson, malgré des arrangements trop XXe siècle à son goût. Car Charles Aznavour, il y a quarante-six ans déjà, avait tout compris "à l'homosexualité masculine" et à "l'homophobie", assène ce jeune journaliste du magazine Têtu. A 25 ans, il rejoint l'avis général : cette chanson de l'artiste mort dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2018 a marqué un avant et un après dans la variété française grand public.

Retour à la préhistoire. Nous sommes en 1972, et la jeunesse étouffe dans une France pompidolienne largement corsetée, quatre ans après Mai-68. Il faudra attendre encore deux ans pour obtenir l'autorisation de l'avortement, et une décennie pour la dépénalisation de l'homosexualité. Mais en artiste, Charles Aznavour sait, et sent, que l'opinion a plusieurs longueurs d'avance sur les politiques.

Une chanson "à la première personne"

"Cela a été perçu comme une première ! D'emblée, la presse a salué une chanson extraordinaire, jugeant audacieuse cette interprétation empathique, à la première personne, des sentiments d'un homosexuel", se souvient l'ancien journaliste du Monde Robert Belleret, auteur d'un volumineux Vies et légendes de Charles Aznavour (éd. de l'Archipel, 2018).  

A y regarder de plus près, pourtant, l'engouement n'est pas immédiat. C'est à l'Olympia, fin mars 1972, que Charles Aznavour inaugure cette chanson toute neuve sur un "homo" malheureux épris d'un hétérosexuel. Ignorant la portée transgressive des paroles ("Je pense à mes amours sans joie/Si dérisoires (...) Car l'objet de tous mes tourments/Passe le plus clair de son temps/Au lit des femmes" ), la critique du Monde Claude Sarraute n'y verra qu'une rengaine trop ressassée :

Cette évocation de l''homo' qui remplace sa maman à la cuisine, à la lessive, pique à la machine, cache son désespoir, son 'doux secret', sa passion dérisoire pour un homme à femmes, c'est la petite ouvrière amoureuse du patron, (...) c'est bon pour les Frères Jacques.Claude Sarrautedans "Le Monde", en mars 1972 source France Info Oct 2018

pistes de lecture 

Le Traite sur la Tolerance de Voltaire.

La Declaration des Droits de l'Homme et du Citoyen 1789

La Declaration.Universelle des Droits de l'Homme 1948

qui mieux que les artistes nous apprennnent la tolerance, la fraternite et l'egalite?

Beaucoup d'artistes nous enseignent la tolerance...

Deux femmes qui se tiennent la main
Ça n'a rien qui peut gêner la morale
Là où le doute s'installe
C'est que ce geste se fasse sous la table.

 

Quand elles sont seules, comme elles n'ont rien à perdre
Après les mains, la peau de tout le reste
Un amour qui est secret
Même nues, elles ne pourraient le cacher
Alors, sous les yeux des autres
Dans la rue, elles le déguisent en amitié
L'une des deux dit que c'est mal agir
Et l'autre dit qu'il vaut mieux laisser dire.

Ce qu'ils en pensent ou disent ne pourrait rien y faire
Qui arrête les colombes en plein vol
A deux au ras du sol
Une femme avec une femme

Je ne veux pas les juger
Je ne veux pas jeter la première pierre
Et si, en poussant la porte
Je les trouve bouche-à-bouche dans le salon

Je n'aurais pas l'audace de tousser
Si ça me dérange, je n'ai qu'à m'en aller
Avec mes pierres elles construiraient leur forteresse
Qui arrête les colombes en plein vol
A deux, au ras du sol
Une femme avec une femme

L'une des deux dit que c'est mal agir
Et l'autre dit qu'il vaut mieux laisser dire

Ce qu'ils en pensent ou disent ne pourrait rien y faire
Qui arrête les colombes en plein vol
A deux, au ras du sol
Une femme avec une femme

Qui arrête les colombes en plein vol
A deux, au ras du sol
Une femme avec une femme.

 

 

 

"Une Femme Avec Une Femme" est une chanson interprétée par Mecano. 

Cette chanson fait partie de l’album "Une femme avec une femme", édité pour la première fois en 1989.