Detail . La Dame a l'Hermine Leonard de Vinci.

Detail

La dame a l'Hermine de Leonard de Vinci.

Periode de la Renaissance Italienne.

XVeme siecle.

Lieu d'exposition: musee de Cracovie ( Pologne) depuis 2016.

 

Description

 

La Dame à l’hermine est un tableau de 54 × 39 cm peint par Léonard de Vinci entre 1488 et 1490.

Support

Il est peint sur du bois de noyer, provenant du même tronc d’arbre que La Belle Ferronnière[1].

Etude du tableau

Le fond du tableau a été repeint dans une couleur sombre à une époque tardive. Des analyses menées grâce à une caméra multi-spectrale en 2007 ont montré qu'à l’origine, « il s’agissait d’un bleu-gris modulé différemment de gauche à droite du tableau, ce qui permettait de donner une impression de profondeur[2] ».

 

 

Un portrait de dame:

La fameuse Dame à l'hermine, portrait de Cecilia Gallerani est une des maîtresses du duc de Milan Ludovic Sforza.

 

Le modele du tableau, une riche italienne:.

 

Cecilia Gallerani naît à Milan en 1473 et reçoit une éducation soignée, probablement sous l’influence de sa mère, qui était elle-même une femme cultivée. Cecilia était très belle et fut d’abord promise à Stefano Visconti à l’âge de 10 ans, en 1483. Mais l’accord de mariage fut rompu en 1487. Elle fut remarquée par Ludovico Sforza, devint sa maîtresse et eut un fils de lui, Cesare.

 

Les Sforza avaient remplacé les Visconti à la tête du duché de Milan en 1450. Ludovico Sforza, dit le More (il Moro), se maria avec Béatrice d’Este en 1491 et il est possible qu’il offrit le tableau de Léonard de Vinci à Cecilia à titre de cadeau d’adieu.

Cecilia Gallerani épousa le comte Ludovico Carminati en 1492 et mena dans le palais de son époux une vie consacrée à la culture.

Disposant d’une excellente connaissance du latin, écrivant elle-même des poèmes et des chansons, elle recevait artistes et écrivains, transformant le palais en un lieu accueillant pour les personnalités du monde de la culture.

Elle mourut en 1536 à l’âge de 63 ans et fut probablement inhumée dans la chapelle de la famille Carminati.

 

Analyses du tableau en laboratoire:

 

Il recelait quelques secrets spectaculaires que le laboratoire parisien d'expertises Lumiere Technology révèle aujourd'hui.

Au départ, l'hermine n'existait pas. La position du bras a été modifiée, la main qui tient délicatement l'animal a été amplifiée et un voile bleu a été ajouté sur l'épaule gauche en contrepoint, afin de restaurer l'équilibre général de la composition et des couleurs

. Cela apparaît dans l'analyse des quelque 1500 images de l'œuvre prises par une caméra multispectrale. Cet appareil, déjà utilisé pour La Joconde et qui a été acheminé pour l'occasion au Musée Czartoryski de Cracovie, où le tableau est conservé, est un prototype épatant. Il offre l'avantage d'explorer une image peinte, sur toile ou sur bois comme c'est le cas ici.

La technique du portrait de trois-quart

 Un portrait est une commande ou l'on pose pour la posterite dans l'unique representation de soi a une epoque qui ne connait pas la photographie ou l'image en mouvement.

De Vinci explore la pose de trois-quart, le visage tourné vers le spectateur, la grâce du geste de la main (depuis l’abandon du portrait de profil, les peintres sont devenus particulièrement attentifs aux gestes des mains) « la définition de la forme par la lumière », et « le sens du mouvement.Vinci réalise un instantané photographique d’une dame caressant son animal de compagnie et dont le regard est attiré par quelque chose ou quelqu’un placé à droite, hors cadre. Évidemment, il ne s’agit là que de notre ressenti. En réalité, la composition est un ensemble de choix artistiques si novateurs que nous pouvons aujourd’hui penser à une photographie, ce qui ne nous viendrait pas à l’esprit pour les portraits de Botticelli ou Petrus Christus.

La Belle Ferronniere de De Vinci.