cours prevu dans la semaine du 18 au 22 Mai 

Les Époux Arnolfini est le nom donné à une peinture sur bois du peintre primitif flamand Jan van Eyck datant de 1434, conservée à la National Gallery de Londres. 
Artiste : Jan van Eyck
Dimensions : 82 cm x 60 cm
N° d’inventaire : NG186
Lieu d'exposition : National Gallery
Création : 1434

Portrait de Giovanni Arnolfini et de sa femme
Jan Van Eyck, 1434
Peinture à l’huile sur bois de chêne, 82 x 60 cm
National Gallery, London

Competences travaillees:

-se reperer dans le temps.

-se reperer dans l'espace.

-acquerir une culture humaniste.

-s'informer dans le monde du numerique.

-connaitre une oeuvre artistique de la Renaissance.

-Savoir analyser et decrire une oeuvre d'art.

-presenter l'auteur.

-savoir analyser par plan les personnages, les objets et les decors.

-savoir analyser le message de l'artiste.

-connaitre les courants artistiques Europeens au XVIeme siecle.

-Acquerir une sensibilite.

 

Analyse de l'oeuvre

La composition de ce tableau s'organise autour des deux personnages principaux qui constituent de l'oeuvre. La taille, ainsi que la position de l'homme et de la femme apportent une verticalité dominante à la peinture.

Le decor

Un interieur bourgeois, une peinture profane

L’espace est également partagé en deux: A gauche le banquier, à droite sa femme. L’homme est du côté de la fenêtre, il est l’homme d'affaires tourné vers l'extérieur. La femme, quant à elle, est du côté du lit, c’est l’épouse tournée vers le foyer.

Les mains au centre du tableau symbolisent le mariage et leur engagement.

 

La symbolique des couleurs:

Le vert de la robe de la femme, ramenée sur son ventre, caractérise l'espérance d'une fécondité prochaine, contrairement au blanc de la coiffe qui lui, est signe de pureté, de virginité. Le marron et le noir, couleurs dominantes de la tenue du mari, exposent le symbole de l'autorité.

Le rouge, issu en majeure partie du lit et du fauteuil, révèle l'intimité du foyer. La question de la fidélité, du péché et de la vertu est centrale dans la symbolique de ce tableau présentant des mariés.

Le miroir renvoie au spectateur. En regardant le tableau, nous nous regardons nous aussi. C'est une reflexion sur l'homme, l'autre, le couple, et au final, la condition humaine.

Il y a une recherche philosophique et des questions existentielles.

Le miroir donne aussi de la lumiere et de la profondeur. La scene s'y reflete en plus petit. Le miroir donne de la perspective et le sens de la profondeur et il est situe au fond de la piece. A gauche, une fenetre apporte la lumiere de la rue que l'on devine animee dans une ville marchande du Nord de l'Europe, berceau des villes drapieres, source de richesses.

Par sa description naturaliste d’un couple dans un intérieur bourgeois, fixé avec une grande précision de détails, le tableau marque le tournant de l’art sacré vers l’art profaneL'Homme devient ainsi le sujet, la préoccupation première de l'œuvre et s'inscrit dans la trame des idées humanistes de ce nouveau siècle qu'est la Renaissance. Ce tableau garde aussi sa part de mystere sur ces personnages anonymes qui ne sont pas des rois mais qui posent pour la posterite a une epoque ou l'on ne connait ni la photographie ni le cinema....

 

Source: analyse de l'oeuvre Histoire des Arts.