L'astronome polonais Nicolas Copernic (1473-1543) a théorisé l'héliocentrisme, l'idée que le soleil est le centre de l'univers.

Copernic pour les 5eme

Lecon sur les humanistes theme3

Nicolas Copernic (Nicolaus Copernicus, 1473-1543) est un astronome polonais connu pour sa théorie astronomique selon laquelle le Soleil est au centre de l’univers, la Terre tournant autour de ce dernier. C’est un système que l’on appelle « héliocentrisme ».

Jeunesse et études

Nicolas Copernic est né le 19 février 1473 à Thorn en Pologne. Il est issu d’une famille de marchands et d’employés municipaux. L’oncle maternel de Copernic, l’évêque Lukas Watzenrode souhaite pour son neveu une éducation solide et veut l’envoyer dans les plus grandes universités.

L’université

En 1491, le jeune Nicolas entre à l’université jagellonne de Cracovie ou il étudie les arts libéraux durant quatre ans, sans obtenir le moindre diplôme. Comme la plupart des Polonais de son rang social, il quitte la Pologne pour étudier le droit et la médecine en Italie. Avant son départ, son oncle le nomme chanoine de Frauenburg (aujourd’hui Frombork).

En janvier 1497, Nicolas commence l’étude du droit canonique à l’université de Bologne, et vit chez Domenico Maria de Novara, un professeur de mathématiques. Le grand intérêt que porte Copernic pour la géographie et l’astronomie lui viennent en grande partie de Domenico Maria, qui est l’un des premiers à avoir remis en question l’exactitude des travaux en géographie effectués par l’astronome Ptolémée.

Le diplôme

En 1500, Copernic donne des conférences sur l’astronomie à Rome. L’année suivante, il obtient l’autorisation d’étudier la médecine à Padoue, l’université ou Galilée enseignera presque un siècle plus tard.

Il est habituel à cette époque d’étudier une matière dans une université puis de recevoir un diplôme d’une autre institution, les frais étant souvent moindres. C’est comme cela que Copernic obtient un doctorat en droit canonique en 1503, sans terminer ses études de médecine. Il retourne ensuite en Pologne continuer ses fonctions administratives.

Retour en Pologne

Entre 1503 et 1510, Nicolas Copernic vit dans le palais épiscopal de son oncle à Lidzbark Warminski, et travaille comme assistant à l’administration du diocèse et dans la gestion du conflit des chevaliers teutoniques.

Première publication

C’est durant cette période qu’il publie son premier livre, une traduction en Latin d’une œuvre d’un écrivain byzantin du VIIe siècle, Theophylactus de Simocatta. Entre 1507 et 1515, il s’attarde de temps en temps à la rédaction d’un court traité sur l’astronomie, De Hypothesibus Motuum Coelestium a se Constitutis Commentariolus (connu simplement sous le nom de Commentariolus). Ce traité ne sera pas publié avant le 19e siècle. Il établit dans ce traité les principes de l’astronomie héliocentrique.

L’œuvre principale:"Revolutions des spheres celestes":

Il entreprend son œuvre majeure, De Revolutionibus Orbium Coelestium (Révolutions de sphères célestes) qu’il termine vers 1530. Cependant, cette œuvre n’est publiée pour la première fois qu’en 1543, juste avant la mort de Nicolas Copernic, par un imprimeur luthérien de Nuremberg (Allemagne).
il consulte les écrits d'un certain nombre de philosophes anciens (Cicéron, Aristarque de Samos, Martianus Capella, etc.) et constate que certains de ces auteurs envisagent la rotation des planètes, dont la Terre, autour du Soleil, considéré comme fixe (→ Système solaire). C'est alors que, le premier, il conçoit les mouvements apparents des planètes (tantôt dans le sens direct, tantôt dans le sens rétrograde) comme résultant de la combinaison des mouvements de la Terre et de ceux des planètes. Remarquant ensuite que Mars, Jupiter et Saturne présentent leur plus grande dimension à l'époque de leur opposition, il pressent que la Terre n'est pas le centre de leurs mouvements. En les supposant tourner autour du Soleil, il constate que leurs changements de diamètre apparent sont une conséquence de cette rotation.
Il fait l'hypothese que les planetes tournent autour du Soleil ( heliocentrisme).