Jean Jaurès (1859-1914)

semaine du 30 MARS AU 3 AVRIL 2020

 

Un socialiste Français sous la IIIème République

Quelles sont les idées de Jaurès et en quoi ont-elles marqué l'Histoire de la IIIème République?

 1- Un député de gauche

Après des études brillantes, Jean Jaurès commence sa carrière politique en 1885, comme député du Tarn. En 1889, il n'est pas réélu.

Evoluant peu à peu vers le socialisme, il se présente en 1893 sur une liste socialiste. Grâce aux voix des mineurs dont il a soutenu la grève , il est élu député de Carmaux.

En 1894, il défend Gerault-Richard, poursuivi en diffamation par Casimir Perier. Il confirme ses talents d'orateur, qui jouent un grand rôle par la suite.

Ses prises de position dreyfusardes lui coûtent son siège en 1898.

2- Un leader socialiste fondateur de la SFIO

En 1901, il cherche à unir les socialistes Français en fondant le parti socialiste Français qui regroupe différentes tendances. Il condamne toute collaboration avec la Bourgeoisie et cette attitude favorise un rapprochement avec les révolutionnaires comme Jules Guesde ou Edouard Vaillant. Cela aboutit à la création de la SFIO (Section Française de l'Internationale Ouvrière)

L'article premier des statuts de la SFIO fixe les objectifs: entente, action des travailleurs et organisation politique et économique du prolétariat pour la conquête du pouvoir et de la transformation de la société capitaliste en société collectiviste.

3- Opposition à la guerre et à la droite:

En défendant les intérêts des ouvriers, Jaurès s'oppose fréquemment à Georges Clémenceau et à la droite.

C'est sur les questions de défense nationale que la controverse est la plus vive. En 1911, dans "l'Armée nouvelle", Jean Jaurès s'oppose à tout service militaire à long terme (de trois ans!).

Il cherche à désamorçer la tension internationale et à promouvoir l'union des travailleurs par-delà les frontières.

Le 31 Juillet 1914, Jaurès est assassiné au café du Croissant à Paris par un déséquilibré Raoul Vilain. 

Trois jours plus tard, l'Allemagne déclare la guerre à la France. Le procès de l'assassin reporté après la guerre,

aboutit à un acquittement.

Après sa victoire de 1924, le Cartel des Gauches fait transférer les cendres de Jean Jaurès au Panthéon et en 1981, François Mitterrand dépose une rose sur la tombe de Jean Jaurès.