Alessandra Tarantino/AP

Le pape François à Nagasaki, le 24 novembre 2019. — Gregorio Borgia/AP/SIPA

François lance donc cet appel mondial : « Convaincu qu’un monde sans armes nucléaires est possible et nécessaire, je demande aux leaders politiques de ne pas oublier que ces armes ne nous défendent pas des menaces contre la sécurité nationale et internationale de notre temps. Il faut considérer l’impact catastrophique de leur usage du point de vue humanitaire et environnemental, en renonçant au renforcement d’un climat de crainte, de méfiance et d’hostilité, créé par des doctrines nucléaires ».

Interventionnisme

À Nagasaki, le pape a également justifié l’intervention de l’Eglise dans ces problématiques militaires et géopolitiques internationales. C’est un « engagement irrévocable » a-t-il lancé mais c’est aussi « un devoir auquel l’Eglise se sent obligée devant Dieu comme devant tous les hommes et les femmes de cette terre : « Nous ne pourrons jamais nous lasser d’oeuvrer et de soutenir avec une insistance persistante les principaux instruments juridiques internationaux de désarmement et de non-prolifération nucléaire, y compris le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. »

Avant de conclure par la prière pour la paix de Saint François d’Assise, le pape a aussi demandé une « réflexion sérieuse » sur « la manière dont toutes les ressources » économisée par l’arrêt de la course aux armements pourraient être utilisées. S’érigeant avec force contre « le gaspillage » de «précieuses ressources » occasionné par « la course aux armements » il a lancé cet avertissement : « Dans le monde d’aujourd’hui, où des millions d’enfants et de familles vivent dans des conditions inhumaines, l’argent dépensé et les fortunes gagnées dans la fabrication, la modernisation, l’entretien et la vente d’armes toujours plus destructrices sont un outrage continuel qui crie vers le Ciel ». Et a relancé la suggestion de Paul VI en 1964 : « il proposa d’aider les plus déshérités à travers un Fond Mondial, alimenté par une partie des dépenses militaires .

Le Figaro 24.11.19