L'histoire personnelle de Philippe Obegi, quant à elle, est étroitement liée à ces événements. Affecté au quartier général français, Philippe Obegi était chargé de faire visiter Berlin Est aux familles de militaires, et avait l’habitude de passer par le fameux « Checkpoint Charlie », point de liaison entre le secteur soviétique et américain : « A la fin de mon service, j’ai décidé de rester à Berlin car j’y fréquentais une jeune femme berlinoise. A la chute du mur nous nous sommes immédiatement dirigés à la porte de Brandenbourg pour accueillir les Berlinois venus de l’autre côté du mur à pied ou en Trabant. La folie régnait ce soir-là, de la joie et beaucoup d’émotion. Les gens chantaient, buvaient et s’embrassaient dans les rues, ainsi que sur le mur ! Nous avons fait la fête avec des inconnus et c’était magique. Le bonheur se lisait dans les yeux des Allemands et on se sentait fiers et privilégiés de vivre ce moment historique… » Et puisqu’une belle histoire n’arrive jamais seule, cette jeune Allemande qu’il côtoyait est ensuite devenue sa femme : Ils ont aujourd’hui quatre enfants.

Source Vingt Minutes 8/11/2019

Le tram a été cronstruit aujourd’hui sur InvalidenStrasse où des Est-Allemands étaient entrés dans Berlin-Ouest. Le Mur comportait huit points de passage officiels. FABRIZIO BENSCH/REUTERS

mon temoignage sur la Chute du Mur de Berlin.

J'avais quinze ans a l'epoque. J'ai grandi dans une Europe coupee en deux: quand j'etais enfant, on parlait de l'Otan a l'Ouest et des troupes du Pacte de Varsovie. Des garnisons de soldats sovietiques stationnaient en Allemagne de l'Est. Les annees 1980 avaient ete marquees par la courses aux armements ( SS20 contre missiles Pershing americains) et les manifestations pacifistes 

La RDA etait la vitrine du socialisme "a la sovietique" dans la sphere sovietique de Moscou. Des soldats russes stationnaient a Berlin-Est tandis que la RFA accueillaient des bases americaines ou francaises. La RFA cree en 1949 accueillait le Plan Marshall. Il y avait eu beaucoup d'argent americain pour reconstruire la partie Ouest qui faisait face a la RDA.

Mikhail Gorbatchev, secretaire du Parti Communiste de l'URSS avait ouvert l'URSS a la perestroika ( reconstruction) et a la glasnost ( transparence), tentant de reformer son pays, mine par la bureaucratie et le dirigisme, la militarisation et les problemes economiques ( des penuries).ou environnementaux ( il y avait eu Tchernobyl en 1986).

Il etait estime par les leaders du monde Occidental. Il avait rencontre Henrich Honnecker, president vieillissant de la RDA. 

Honnecker n'avait pas prevu la suite des evenements et pas non plus Gorbi ( dans une interwiew du 8.11.2019 au Figaro, Gorbi precise qu'il n'avait pas prevu la chute du mur ni la dissolution de l'URSS.)

PAR CONTRE, GORBATCHEV DECIDE DE NE PAS INTERVENIR DANS LES AFFAIRES EST-ALLEMANDES ET DE LAISSER LES FAITS SE DEROULER PACIFIQUEMENT.

C'EST LE DEBUT D'UNE REVOLUTION DE VELOURS.

On a vu s'ouvrir la frontiere Hongroise et les allemands de l'Est se precipiter en Trabant, cette petite voiture sympa de fabrication locale, vers la frontiere.

On a vu Egon Grentz, dirigeant de RDA, qui avair succede a Honnecker, ordonner l'ouverture a Check Point Charlie, les scenes de fraternisation, le violon de Rostropovitch, venu celebrer la chute du Mur.

Je me souviens des images a la tele des allemands de l'Est qui voulaient visiter Berlin Ouest et cherchaient des bananes....

Plus tard, on annonca la reunification allemande...le 11 novembre 1990.

L'impression d'une reunification qui s'est faite sans la totale validation des allemands de l'Est.

En juillet 1990, je suis allee en RDA et je suis allee sur le site du mur : j'ai ramasse des morceaux de mur qui jonchaient le sol, ca ressemblait aux gravats d'un chantier. Le mur avait ete peint pas des artistes-graveurs. On se rendait compte de l'explosion artistique, de la creation retrouvee synonyme de liberte. Les touristes se photographiaient devant les restes du mur.

Les allemands de l'Est chez qui j'etais logee a Schwerin etaient des intellectuels, lui, archeologue,et elle, bibliothecaire,  et ils m'ont fait visiter le centre historique de Schwerin et les tourbieres ainsi que des villages lacustres prehistoriques.

Jamais ils ne m'avaient parle de reunification. Ils vivaient dans un grand ensemble de maniere modeste. Ils ne revaient pas forcement de richesses mais juste de pouvoir vivre correctement.

J'avais voyage en RFA en Allemagne du Nord dans la region de Hambourg ( a Vechta), a Kaiserslautern et a Munich, j'avais alors vu le contraste entre les coquettes villes de RFA et les grands ensembles a l'architecture sovietique de la RDA notamment en banlieue de Berlin.

Il ne fallait donc pas etre grand clerc pour s'apercevoir des inegalites de richesse dans la future Allemagne reunifiee.

 

Le 31 Decembre 1990, Mikhail Gorbatchev annonce la dissolution de l'URSS.

Je me souviens avoir vu ce dirigeant modernisateur lisant une feuille assis a son bureau a la tele.

La.fin de l'URSS etait donc le dernier acte de la.chute du mur. Ce modele de socialisme sovietique a alors pris fin et on entendit le terme "totalitarisme " surgir. Les pays du glacis sovietique reprirent leur independance et finir englobes dans l'UE.

Ils eurent des destinees diverses et ils continuent d'etre aides par l'UE. Aujourd'hui, ils s'opposent a l'immigration. Le capitalisme en a enrichit quelques-uns . D'autres ont accueilli des usines mais la main d'oeuvre est peu chere.

Ils ont la liberte mais sans forcement les richesses pour tous.

 

30 ans plus tard, le territoire est-allemand est en retard sur l'ouest.

Les entreprises ont ete privatisees et rachetees par des allemands de l'Ouest. Les Ossies sont tristes et ont l'impression d'avoir ete les dindons de la farce, en clair, la reunification ne leur a pas apporte le niveau de vie qu'ils etaient en droit d'esperer. Ils avaient un emploi, l'acces a la sante ou a l'education.

Le chomage est plus eleve qu'a l'Ouest. Beaucoup d'usines ont ete fermees des 1990.

Ils votent AFD, un parti qui lutte contre l'immigration et figure plutot a l'extreme-droite ou die Linke, plus a l'extreme-gauche.... le parti AFD a fait son entree au Parlement Allemand en 2018. Il est pour la revalorisation des soldats de la Wehrmarcht ou remet en cause l'immigration turque ou autre. 

Il reste les souvenirs de la RDA apprecies des amateurs:  fanions de la DDR, casquettes et uniformes d'officiers, representations de Lenine, medailles, pins, morceaux du mur de Berlin, drapeaux....on en trouve sur internet, en bref, le marche de la nostalgie a de beaux jours devant lui 

On se souviendra longtemps de la RDA. Pendant 40 ans, il y avait deux Allemagnes. 

Pour resumer l'etat d'esprit general, je vous cite la constatation d'un ami polonais: "avant la chute du mur, on avait de l'argent mais pas de produits dans les magasins, maintenant, il y a des produits dans les magasins mais on n'a pas d'argent pour les acheter".

Avant: pas de libertes, du travail, la sante et l'education.

Maintenant: les libertes mais du chomage.

Ce matin; serie de photos dans le Figaro du 9 Novembre 2019.

Berlin avant/ apres la Chute du Mur.

Trois millions de personnes parviendront à trouver refuge en RFA via Berlin-Ouest entre 1952 et 1961. FABRIZIO BENSCH/REUTERS
À lire aussi : Les dernière

 

 

 

 

 

 

 

 

En juin 1989, Gorbatchev va à Bonn et, tout simplement, vend la RDA à Helmut Khol : "C'était un dîner bien arrosé pendant la visite officielle de Gorbatchev à Bonn en juin. Et Gorbatchev, - c'est comme Sarkozy, il ne supporte pas l'alcool - tandis que Khol a déjà bu ses deux bouteilles de vin", narre l'écrivain. 

 

 

"Khol sort - il tutoyait Gorbatchev - et dit : 'Mikhaïl, tu sais, la réunification c'est comme le Rhin, c'est un fleuve et on ne peut pas l'arrêter'. À ce moment-là, il s'arrête de parler et il prononce une phrase fatidique : 'Et en plus, nous sommes prêts à payer'. Il y a eu un long silence d'une minute et Gorbatchev a mis les points sur les i et a demandé 'combien ?'. Là, la réunification a sonné."    

Temoignage de Wladimir Federovsky, ecrivain russe et ami proche de Mikhail Gorbatchev en 1989. 

Source Europe 1, 9/11/2019.