pratiques aristocratiques des chevaliers:

Ce qui distingue le chevalier de l'homme du peuple, c'est qu'il ne travaille pas. Ses loisirs, il les occupe a des exercices preparatoires a sa fonction militaire comme la chasse, privilege de cette caste, jeu dangereux, les tournois, a la fois divertissement et occasion de s'affronter, de rehausser sa gloire et son honneur.

Du XIe au XIIeme siecle, les tournois sont dangereux et tous les coups sont permis. 

Le but est de capturer des adversaires et de les ranconner. 

L'Eglise condamne les tournois et leur violence. Pourtant, la chevalerie recrute dans les memes familles. Peu a peu, l'Eglise christianise le systeme de valeurs chevaleresques.

La croisade permet d'encadrer l'action militaire en diffusant un nouvel ideal du chevalier comme "miles Christi", combattant du Christ. Les chevaliers du Temple ou Templiers comme les chevaliers de l'Hopital ou les chevaliers Teutoniques acceptent une discipline d'allure monastique. 

Une autre facon d'intervenir est d'introduire une ceremonie de remise des armes a travers l'adoubement. Cette ceremonie d'abord profane au XIeme siecle change a la fin du XIIeme siecle. Les armes du chevalier sont benies, deposees sur l'autel, une petite priere precede la ceremonie. 

pays de la chevalerie pour Duby: 

- la France ou s'elabore le systeme. Au XIeme et XIIe siecle, la seigneurie devient la base du systeme politique et social. On y observe une croissance et une grande fertilite intellectuelle.

-en Allemagne, en Angleterre.

-plus tard, en Italie du Nord.