richesse et pauvrete

Lecon de Geographie 5eme

L'IDH

Carte recente IDH dans le monde 2017

Esperance de vie en 2017

Carte PIB dans le monde

Etude de cas en Afrique

La pauvrete dans les pays riches. Le cas de la France.

Le seuil de pauvrete en France est de 987 euros par mois. Sont pauvres les personnes ayant moins de 987 €/mois.

Dans le monde, c'est vivre avec moins de 1,90 €/jour

En France, près de neuf millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. La nourriture est souvent le premier poste de dépenses qu’elles sacrifient. Le rapport du Secours populaire démontre aussi qu’il leur est très difficile d’avoir une alimentation équilibrée.

Des « économies sur des produits importants »

« Dans l’alimentation, ils font des économies sur des produits importants pour l’équilibre nutritionnel, notamment sur les fruits et les légumes, explique Thierry Robert, directeur général de l’association. Les personnes qui gagnent moins de 1 200 euros par mois sont 53% à déclarer avoir des difficultés à consommer ce type de produits et 48% qui disent ne pas pouvoir prendre trois repas par jour. Vous voyez le drame que représente cette question de l’accès à l’alimentation pour des familles dans notre pays. »

Des conséquences « sur la santé »

Et ce drame a des conséquences « sur la santé, sur des problèmes d’obésité, sur des problèmes ensuite de maladies qui apparaissent plus tard, énumère-t-il. Des conséquences sur la scolarité des enfants. Quand on prend mal un petit déjeuner le matin, qu’on a du mal à se nourrir le midi, cela génère des problèmes importants de carences qui ont un impact sur la santé vitale mais aussi intellectuelle des personnes. »

En 2017, le Secours populaire a apporté une aide alimentaire à plus de 1,8 million de personnes en leur distribuant des colis alimentaires, mais aussi en leur proposant des ateliers pour leur apprendre comment faire de la cuisine saine et peu chère

Pauvrete au Chili

Cinq familles tiennent un quart du PIB chilien

Si le revenu par habitant au Chili, de plus de 20 000 $ (17 920 €), est le plus élevé d'Amérique latine, le pays se place à la 113e place, sur 128 (selon l'ONU), des pays où les revenus sont les moins bien répartis. Cinq familles possèdent près d'un quart du PIB chilien et leur emprise ne cesse de s'étendre. Le travail des femmes n'est pas encouragé et un tiers de celles qui ont un emploi ne bénéficie d'aucune protection sociale.

Le système des retraites est aussi très critiqué : hérité de Pinochet, il ponctionne 10 % des salaires mais n'offre le plus souvent qu'une retraite inférieure au salaire minimum d'environ 400 $ (358 €). L'éducation et la santé coûtent cher, le privé n'étant accessible qu'aux très riches; les classes moyennes doivent emprunter pour se soigner ou payer les études de leurs enfants. Dès lors, l'endettement est l'un des grands maux qui affectent les Chiliens. Selon une étude de l'Université de Saint-Sébastien et d'Equifax, un adulte sur trois est incapable de faire face à son endettement avec ses ressources.

De nombreux Chiliens, sortis ces dernières années de la pauvreté, sont les plus touchés car les avantages sociaux sont peu nombreux pour la classe moyenne à laquelle ils appartiennent désormais. Ils n'ont pas tardé à suivre les étudiants, qui ont lancé les manifestations il y a deux semaines.

Source Le Parisien 21.10.2019