Programme d'Histoire 4ème 2019

Repères annuels de programmation HISTOIRE Classe de 4ème

Thème 1: Le XVIIIème siècle: Expansions, Lumières et révolutions

  • Bourgeoisies marchandes, négoces internationaux et traites négrières au XVIIIème siècle
  • L'Europe des Lumières: circulation des idées, despotisme éclairé et contestation de l'absolutisme.
  • La Révolution française et l'Empire: nouvel ordre politique et société révolutionnée en France et en Europe.

Thème 2: L'Europe et le monde au XIXème siècle

  • L'Europe de la "Révoution industrielle"
  • Conquêtes et sociétés coloniales

Thème 3: Société, culture et politique dans la France du XIXème siècle

  • Une difficile conquête: voter de 1815 à 1870.
  • La Troisième République.
  • Conditions féminines dans une société en mutation.

 

 

La bataille de Wagram, le 6 juillet 1809 par Horace Vernet © Getty / Photo Josse/Leemage / Contributeur

Des personnes déguisées en soldats impériaux lors des "Journée napoléoniennes" le 14 août 2018. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Des comédiens en costumes d'époque rejouent une bataille napoléonienne, le 13 août 2019 à Ajaccio, en Corse AFP / PASCAL POCHARD-CASABIANCA

La maison natale de l’empereur Napoléon Ier à Ajaccio en 2016 - "Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard" par Jacques-Louis David Eleanor Scriven / Robert Harding Heritage / robertharding / AFP - DeAgostini/Getty Images
Le 15 août 1769, Letizia Bonaparte donnait naissance à un fils. Sans se douter que son petit Napoléon connaîtrait un destin exceptionnel.

L'héritier de Napoléon à Ajaccio pour fêter les 250 ans de la naissance de l'Empereur

 

Le Prince Jean-Christophe Napoléon était mercredi à Ajaccio pour fêter les 250 ans de la naissance de son illustre ancêtre Napoléon Ier dont il a salué l'héritage.

 

 

"C'est un grand plaisir d'être ici, à quelques pas de la maison Bonaparte et de la chapelle impériale où des membres de ma famille reposent y compris mon grand-père", a déclaré aux médias cet investisseur de 33 ans qui travaille à Londres. Il a précisé être "descendant du frère de Napoléon, Jérôme".

 

 

Ces Journées napoléoniennes sont "une opportunité pour rendre hommage à Napoléon Bonaparte, à ce qu'il a fait pour la France, un héritage toujours présent aujourd'hui parmi nous à travers des créations comme le code civil, le baccalauréat, la banque de France, la Cour des comptes", a-t-il ajouté après un discours à la collectivité de Corse.

 

 

Pour lui, Napoléon est avant tout "un destin fabuleux", le destin d'un homme qui "devient à 34 ans empereur et maître du monde. Il montre que finalement tout est possible pour tout le monde, c'est un peu l'image du self-made-man à l'américaine, c'est pour ça qu'il inspire beaucoup de gens".orange.fr

Entretien avec Thierry Lentz, President de la Fondation.Napoleon dans Le Point 14.09.2019.

Thierry Lentz : Même si l'historien rechigne toujours à parler du passé au temps présent, Napoléon a encore bien des choses à nous dire. Sur lui-même et son « exceptionnalité », sur la France, sur ce qu'est un gouvernement, sur ce qu'est la décision politique. Il est, qu'on le veuille ou non, un point fort de la mémoire nationale, et pas seulement pour le souvenir des guerres et de sa « gloire ». L'homme, d'abord. Il n'était pas sans défauts, sa marche ne se fit pas sans erreurs, d'ailleurs sanctionnées par sa vertigineuse chute, mais il est un personnage qui dépasse largement la comptabilité de ses faits et gestes ou l'étude de ses comportements domestiques. La France et, sans doute, l'humanité ne produit que rarement de tels dirigeants, avec la tête bien faite, un projet, un système de pensée dont il ne s'éloigne pas, un homme de synthèses et d'innovation, un gouvernant qui sait ce qu'il veut, qui le fait, non pas seul, mais en donnant à toute une génération les moyens de participer à l'œuvre. Un génie et un chef d'État-manager dans le même homme.

 

 

N'oublions jamais les circonstances dans lesquelles il accède au pouvoir : guerre extérieure, guerre intérieure, finances à sec, désorganisation complète de l'appareil d'État, plus de 100 000 Français encore en émigration. En deux ans, tout est en voie d'être résolu, par l'idée, celle de la synthèse possible entre l'ancien et le nouveau, mais aussi par l'action, le sens de la décision, la rigueur de gestion des hommes et des choses. La suite est, à l'intérieur, l'affermissement de ce qui a été créé si vite et dont des pans entiers structurent encore notre pays et quelques-uns de nos voisins. À l'extérieur, la France est, en 1802, en paix avec tout le monde et sa prépondérance en Europe est assurée. Ce qui est en cause dans ce domaine n'est pas seulement l'ambition d'un homme, mais un projet commencé deux siècles plus tôt. Napoléon est celui qui a été le plus près de le mettre en œuvre… et sans doute, après les grandes victoires des années 1800-1807, a-t-il eu les « les yeux plus gros que le ventre ».

 

Napoléon va faire un retour au premier plan dans les programmes scolaires, notamment en classe de première (11 à 13 heures d'enseignement du thème : La Révolution française et l'Empire : une nouvelle conception de la nation). Comment doit-on analyser ce (petit) retour en grâce ?

Dans la grisaille, il y a en effet un rayon de soleil avec, enfin, un ministre de l'Éducation (Jean-Michel Blanquer, NDLR) qui soutient et anime un comité des programmes moins idéologique (rappelons-nous la novlangue frôlant le ridicule du précédent président du comité). Ils ont pris à bras-le-corps certains domaines, dont l'enseignement de l'histoire. Les élèves vont donc découvrir un peu mieux Napoléon, mais aussi tout le XIXe siècle français qui était quasiment passé à la trappe. Leur surprise sera grande d'apprendre qu'il s'est passé quelque chose en France entre 1800 et 1870, en dehors de la conquête de l'Algérie ! On doit s'en réjouir et appuyer ces louables efforts, malgré la mauvaise humeur proverbiale de certains enseignants. Notre fondation a d'ailleurs mis en ligne sur le site napoleon.org quantité d'outils qui pourront servir aux professeurs dont beaucoup n'ont guère eu de cours lors de leurs études sur le Consulat et l'Empire, la Restauration et la monarchie de Juillet.

Le Point.14 Aout 2019.