Programme d'Histoire 4ème 2018

Repères annuels de programmation HISTOIRE Classe de 4ème

Thème 1: Le XVIIIème siècle: Expansions, Lumières et révolutions

  • Bourgeoisies marchandes, négoces internationaux et traites négrières au XVIIIème siècle
  • L'Europe des Lumières: circulation des idées, despotisme éclairé et contestation de l'absolutisme.
  • La Révolution française et l'Empire: nouvel ordre politique et société révolutionnée en France et en Europe.

Thème 2: L'Europe et le monde au XIXème siècle

  • L'Europe de la "Révoution industrielle"
  • Conquêtes et sociétés coloniales

Thème 3: Société, culture et politique dans la France du XIXème siècle

  • Une difficile conquête: voter de 1815 à 1870.
  • La Troisième République.
  • Conditions féminines dans une société en mutation.

 

 

 

Claude Monet
1840
Paris (France)
1926
Giverny (France)

Né à Paris, Claude Monet grandit en Normandie dans la ville du Havre. C’est au contact du peintre Eugène Boudin (1824-1898) qu’il s’initie à la représentation de la nature en peinture. Il arrive à Paris en 1859 et entre dans l’atelier de Charles Gleyre (1806-1874) où il fait la connaissance des peintres Pierre-Auguste Renoir (1841-1919), Alfred Sisley (1839-1899) et Frédéric Bazille (1841-1870). Edouard Manet l’influence au début des années 1860 tandis qu’il ne développe des paysages plus personnels. Réfugié à Londres durant la guerre franco-prussienne de 1870, Monet s’établit à Argenteuil à son retour en France. Claude Monet est connu comme l’un des peintres les plus célèbres du mouvement impressionniste qui tire son nom de l’une de ses compositions : Impression, soleil levant, daté de 1872 (Musée Marmottan, Paris). Il participe à la plupart des expositions impressionnistes à partir de 1874. En 1883, il s’établit dans sa propriété de Giverny en Normandie. C’est à cette époque qu’il développe la représentation de certains sujets sous la forme de séries : meules de foin, peupliers, cathédrale de Rouen…

 

 

La gare St Lazare.

 

 

 

Les coquelicots.

De la fin des années 1890 jusqu’à sa mort en 1926, le peintre se consacre essentiellement au cycle des Nymphéas, dont le musée de l’Orangerie possède un ensemble unique. En effet, l’artiste conçoit plusieurs œuvres spécifiquement pour le bâtiment, et donne à la Nation ses deux premiers grands panneaux en symbole de paix, au lendemain de l’armistice, le 12 novembre 1918. Il conçoit également un espace unique, composé de deux salles elliptiques au sein du musée, donnant au spectateur l’"illusion d'un tout sans fin, d'une onde sans horizon et sans rivage" selon  ses propres termes, faisant des Nymphéas de l’Orangerie une réalisation sans équivalent de l’artiste à travers le monde. La collection Walter Guillaume comporte également une toile de Claude Monet, Argenteuil, exécutée en 1875. C’est une œuvre assez isolée dans la collection. En effet c’est à Domenica que l’on y  doit son entrée vers 1955.

www.musee-orangerie.fr

Claude Monet, Impression, soleil levant (1872) / Claude Monet [Public domain]

Claude Monet avait initialement nommé cette toile Vue du Havre. Seulement lorsqu’il choisit de l’exposer en avril 1874, pour la première exposition de la Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs, il change le titre. Pour le catalogue, il indique « Mettez Impression ».

Impression, soleil levant n’est ainsi pas une toile comme les autres : c’est elle qui a donné son nom à l’Impressionnisme. L’histoire est comme souvent, liée aux critiques d’Art, qui à l’époque, font et défont des carrières… intentionnellement ou non !

En effet, Louis Leroy, critique d’art pour Le Charivari, écrit en 1874 un article moqueur à propos de cette toute première exposition des futurs impressionnistes. Leroy y a repéré une toile en particulier de Monet, et écrit :

Pour enfoncer le clou, il intitule même son article L’exposition des impressionnistes. Site kazoart.com

Claude Monet (1840-1926)

La Gare Saint-Lazare

1877

Lorsqu'il peint ce tableau, Monet vient de quitter Argenteuil pour s'installer à Paris. Après plusieurs années passées à peindre la campagne, il s'intéresse aux paysages urbains. Au moment où les critiques Duranty et Zola encouragent les artistes à peindre leur temps, Monet cherche à diversifier son inspiration et veut être considéré, à l'instar de Manet, Degas et Caillebotte comme un peintre de la vie moderne.

En 1877, emménageant dans le quartier de la Nouvelle Athènes, Claude Monet demande l'autorisation de travailler dans la gare Saint-Lazare, qui en marque l'une des limites. C'était, en effet, le lieu idéal pour qui recherchait les effets changeant de la luminosité, la mobilité du sujet, les nuages de vapeur et un motif radicalement moderne. S'ensuit une série de peintures avec des points de vue différents dont des vues du vaste hall. Malgré l'apparente géométrie de l'architecture métallique, ce sont bien les effets colorés et lumineux qui prévalent ici plutôt que l'attachement à la description détaillée des machines ou des voyageurs. Certaines zones, véritables morceaux de peinture pure, aboutissent à une vision quasi abstraite. Cette toile fut appréciée par un autre peintre de la vie moderne, Gustave Caillebotte, dont la facture se trouve être le plus souvent à l'opposé de celle de Monet.

Huile sur toile

H. 75 ; L. 104 cm

©RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Site musee-orsay.fr