Sur le chemin des Impressionnistes au fil de la Seine....HDA 4eme.

Sisley, la tete dans les nuages.

D'apres Historia.

Juillet-Aout 2017. 

Le chemin.de Louveciennes 1873 Sisley

La Seine a Bougival 1876 Sisley

Alfred Sisley vers 1897, photographie anonyme, collection Sirot-Angel à Paris.

Pont de Sevres par Sisley. 1877, Prague.

Alfred Sisley (1839-1899).

Alfred Sisley est ne a Paris de parents anglais.

Son pere, negociant en textile, l'envoie a dix-huit ans a Londres pour se familiariser avec le commerce international.

Peine perdue, le jeune homme visite les musees et admire les paysages de Constable et de Turner.

De retour a Paris, il annonce a ses parents son intention de devenir peintre.

A 23 ans, il.entre dans l'atelier du Suisse Charles Gleyre.

Il s'y lie d'amitie avec Renoir, Bazille et Monet.

Ils partagent le desir de traduire leurs emotions sur la toile face a des motifs peints directement en plein air.

Sisley est accepte au Salon en 1866. Il y expose egalement de 1868 a 1870, comme ses compagnons.

A la fin de la guerre de 1870, son atelier de Bougival est vandalise par les troupes prussiennes. Apres la Commune de Paris,  Renoir lui vient aide: marie et pere,  Sisley connait d'effroyables difficultes financieres dues a la faillite de son pere.

Il est l'un des membres fondateurs de la Societe Cooperative des Peintres, sculpteurs et graveurs, creee en Septembre 1873 et, qui ouvre l'annee suivante, la premiere exposition impressionniste.

Fidele a son amour des paysages, il.habite la plupart du temps aux alentours de Paris.

Il meurt en 1899 a Moret-Sur-Loing.

Elizabeth Couturier, "Alfred Sisley, la tete dans les nuages", Historia, Juillet-Aout 2017.

 

 

Sisley s’installe à Marly-le-Roi au printemps 1875 et y demeure trois années. Aussi est-il le témoin privilégié de la grande inondation de 1876. 
Il avait déjà peint des inondations à plusieurs reprises, à Louveciennes ou à Hampton Court en Angleterre, mais à Marly il approfondit le sujet qu’il peint six fois. 
Chef d’œuvre de l’impressionnisme, le tableau de Rouen montre la maison d’un marchand de vin, «À St Nicolas», posée sur le miroir infini de l’eau de la Seine qui a tout envahi. La maison, reliée à la ville par une passerelle, est improvisée en débarcadère. C’est le point avancé de l’univers solide dans les eaux : un sujet exceptionnel pour un peintre intéressé par l’étude de la lumière et de ses reflets. Comme toujours chez Sisley, la composition est très solidement structurée par un rythme de lignes horizontales et verticales qui délimitent les différentes parties du paysage : le bâtiment massif au second plan, l’eau qui file du premier plan jusqu’à l’horizon, dans un remarquable effet de perspective que n’auraient pas renié les maîtres hollandais du XVIIe siècle. La touche est très large, mais jamais elle ne détruit la forme, ce qui différencie fondamentalement Sisley de Monet. La couleur, à la fois contrastée et pleine de nuances, est d’une extrême délicatesse de tons.

Analyse Musee des Beaux-Arts de Rouen.

 

 

Alfred Sisley, L’inondation à Port-Marly, 1872, Washington, National Gallery of Art

L'inondation a Port-Marly, huile sur toile, 46× 61 cm, National Gallery of Art, Washington.

 1-

L'eau

 

En 1872, lorsque Sisley peint sa vue de Port-Marly, la Seine connait une de ses plus importantes crues jamais enregistrees.

La decrue n'arrivera qu'au Printemps. Sisley use de touches beiges, marron et vertes pour signifier un sentiment de tristesse. Mais quelques reflets bleus dans le ciel indiquent que le soleil pourrait bientot revenir.

2- Arbres et poteaux.

Les arbres, les poteaux et les lampadaires a moitie immerges, donnent une indication de l'importance de l'inondation.

La surface de l'eau agit comme un vaste miroir refletant le ciel et les nuages.

Les touches espacees traduisent le fremissement du vent.

A l'horizon, eau et ciel finissent par se confondre.

3- les barques.

Plusieurs barques conduites par des secouristes qui meuvent leur embarcation a l'aide d'un grand baton, montrent qu'une operation de sauvetage est en cours pour aider les habitants prisonniers des eaux.

Sisley les represente en silhouettes 

Veut-il souligner ainsi la fragile condition humaine face a la puissance destructrice qui traverse parfois la Nature?

4- la maison

Il.s'agit de la maison d'un marchand de vin A St Nicolas. Elle est entouree d'eau.

Il a fallu disposer tout autour des planches pour permettre aux habitants d'en sortir.

Elle apporte un aspect solide a la composition de l'image, malgre sa masse imposante, elle ne bouche pas l'horizon, qui, comme dans toutes les toiles de Sisley, laisse le regard s'echapper.

 Analyse Historia juillet Aout 2017 Elizabeth Couturier.