Histoire/Histoire des Arts/ Parcours Éducation Artistique et Culturelle

La chevalerie

L'influence de l'Eglise et de la religion s'est manifestee par la creation de l'Institution de la Chevalerie.

Elle remonte vraisemblablement a la fin du Xeme siecle et represente un effort exceptionnel pour affiner la societe feodale et  obliger la noblesse a aider les plus faibles.

La chevalerie permet aux jeunes nobles de s'initier a la vie.

L'apprentissage se fait dans le role d'ecuyer du seigneur jusqu'a 17 ou 18 ans.

L'adoubement permet au damoiseau d'etre arme chevalier au cours d'une ceremonie que l'on place a la Pentecote,  ce qui consacre son caractere religieux.

Le jeune se prepare par la meditation, dans le recueillement d'un monastere.

Le jour venu, le.jeune homme prend un bain, qui suivant le symbolisme du Moyen-Age signifie la purete du corps.

La veillee d'armes a lieu dans la  chapelle du chateau ou dans une eglise. Il prie toute la nuit devant l'autel sur lequel a ete deposee son epee.

Au matin, vetu d'une tunique de lin ou de soie blanche, symbole de chastete, sur laquelle on lui passe un surcot ecarlate, image du sang, qu'il devait etre pret a verser.

Chausse de chausses brunes ( qui montrent son attachement a la terre), il assiste a la messe en compagnie des Chatelains.

Apres un festin, il.recoit l'epee, chausse des eperons d'or qui etaient l'attribut propre du chevalier, et recoit le heaume ou casque, l'ecu, la lance. 

Son parrain lui administre ensuite la colee, rude coup frappe du plat de la main sur la nuque, destine a lui rappeler les epreuves qu'il va traverser pour l'amour de Dieu.

Au XIIIeme siecle, la colee est remplacee par un leger soufflet.

Aussitot apres l'adoubement,  ou remise des armes, le nouveau chevalier saute a cheval sans toucher les etriers.

Il galope et "court la quintaine": il doit, de la pointe de sa lance, decrocher au galop, un ecu fiche sur un poteau 

L'adoubement du chevalier fut de plus en plus considere comme symbolique.

Au XIIIe siecle, un poeme affirme "que l'epee a deux tranchants. Avec l'un, il doit frapper le riche qui opprime le pauvre, avec l'autre le fort qui opprime le faible". "Les eperons d'or rappellent qu'il doit etre aussi docile a la volonte de Dieu que le cheval a l'eperon qui l'aiguillonne".

La chevalerie permet de devier l'exces d'ardeur des jeunes et le transforme en force utile au benefice des humbles et des faibles.

Elle montre un ideal a la jeunesse.

Le vrai chevalier doit posseder valeur de corps et bonte d'ame.

Elle stimule les vertus de l'oubli de soi, le devouement au service du faible, le courage.

Elle fondait la vie sur le depassement de soi.

 

Source: Histoire du peuple Francais. Regine Pernoult. 1951.

 

Bas-reliefs qui ornent le revers de la façade de la cathédrale de Reims semblent symboliser les vertus éminents que l'époque féodale exigea du chevalier : piété, vaillance, largesses.

Walter Von Klingen, chevalier de la cour du Roi Rodolphe 1er,lors d’un tournoi. source Meister der Manessischen Liederhandschrift

Le meme ideal se retrouve dans la ceremonie du sacre.

Cette force morale fait le succes de la dynastie Capetienne.

La France est ainsi fille ainee de l'Eglise.