Le Nigeria comptait 200 Millions d'Habitants le 1er Juin 2019.

Comment nourrir 200 Millions de Nigerians?

Le pays qui.importe ses cereales choisit de developper.son agriculture vivriere a partir des racines locales ( patate douce, igname, coyoacam) et des plantes comme la.banane plantain.

Le pays vit de sa rente petroliere et reste mine par l'insecurite au Nord a cause du conflit d'usage sur l'exploitation de l'eau et ses terres et par les conflits armes.

 

Femmes nigerianes.

Diversite culturelle au Nigeria.

Le pays le plus peuplé d'Afrique, le Nigeria, devrait également voir sa population fortement augmenter. Le Nigeria est aujourd'hui dans les dix pays les plus peuplés au monde, à la septième place avec 200 millions d'habitants.

En 2050, il passera à la troisième place, avec presque 400 millions d'habitants. S'il sera toujours loin derrière l'Inde et la Chine, chacun pesant plus d'un milliard de personnes, le Nigeria dépasserait par exemple les États-Unis (388 millions) ou le Brésil (238 millions), plus peuplés que lui aujourd'hui.

 

 

Natisa (à droite) vit depuis mars 2015 dans un camp pour personnes déplacées à Yola, avec sa soeur, son père et son beau-frère, déplacés comme elle en raison du conflit. Elle n’a pas revu son mari depuis qu’il a fui de Gulak il y a huit mois, et celui-ci ne connaît pas encore son fils nouveau-né. CC BY-NC-ND / ICRC / Jesus Serrano Redondo.
Source: Croix Rouge.

Une jeune Nigériane transporte des plats dans un restaurant de Lagos, le 30 janvier 2016 / AFP

 La Croix Juin 2016.

 

 

Un homme vend de l’igname au marché d’ Obalende à Lagos, Nigeria, 14 janvier 2012

 

Des femmes et des enfants du camp de déplacés de Muna, à la périphérie de la grande ville de Maiduguri, capitale de l'État du Borno, au Nigeria, collectent de l'eau d'un puits le 30 juin 2016

afp.com/STEFAN HEUNIS

 

 

 

 
Arachide au Nigeria à Lagos

Près de la moitié de la population active est employée dans le secteur agricole qui représente un tiers du PIB. Le pays produit du sorgho (10 millions de tonnes en 2006), du millet (7,71 millions de tonnes), principalement dans le Nord, ainsi que du maïs, du riz et des ignames dans le Sud. Le manioc, les légumes et les tomates sont cultivés dans tout le pays. Les grandes cultures de rente sont le cacao (4e rang mondial avec 380 000 t produites en 2004) et le caoutchouc naturel. Les effectifs de bovins s’élevaient à 15,9 millions de têtes en 2006 et à 23 millions pour les ovins.

La forêt occupe 12 p. 100 du territoire. En 2006, la production annuelle de bois atteignait 71 millions de m³. Environ 35 p. 100 du produit de la pêche proviennent des fleuves et des lacs, le reste du golfe de Guinée. En 2005, les prises se sont élevées à 579 537 tonnes.

Source carnets photographiques/agriculture/Nigeria.

 

 

Un homme s'occupe de l'irrigation d'un champ de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans un village du gouvernement local de Jere à 11 km de Maiduguri dans l'État de Borno (nord-est), le 6 avril 2017. / AFP/Archives

 

Photo: Tami Hultman

Tubercules de manioc

Le Nigeria se singularise par la diversité de ses écosystèmes, ce qui constitue un atout pour la production d’une gamme variée de spéculations agricoles. Le pays couvre un gradient pluviométrique qui oscille entre 500 mm en zone sahélienne au Nord et près de 3 000 mm dans le Sud du pays. Les zones forestières du Sud du pays, au climat subtropical, sont dominées par la production de racines et de tubercules (manioc, igname, taro, patate douce), de bananes plantains, de riz, de légumineuses et de maïs. La zone soudanienne centrale (middle belt), semi-humide, estcaractérisée par une grande diversité des productions, liée à la variété des profils climatiques et agro-pédologiques  : les principales productions de cette « mosaïque agro-écologique » sont l’igname, le manioc, le maïs, le riz, lesorgho, le mil, le haricot et les légumineuses. C’est également une zone où se développe l’agriculture mécanisée. La zone sèche du Nord abrite des systèmes de culture à prédominance céréalière : sorgho et mil en pluvial, riz irrigué et/ou pluvial, légumineuses, oignon et arachide. Source inter reseaux.org

Un fermier inspecte ses plantations de cocoyam, un tubercule, dans le village de Shofolu, dans l'état d'Ogu (sud-ouest du Nigeria) AFP/Archives/PIUS UTOMI EKPEI

Les femmes modernisent l'agriculture.au Nigeria.

Le bananier n’est pas un arbre, mais une herbe géante qui peut atteindre jusqu’à 15 mètres de hauteur.

C’est, en fait, la plus grande herbe du monde.

En s’enroulant les unes autour des autres, Ies feuilles donnent naissance au « pseudo tronc » qui ressemble au tronc des arbres mais ne contient pas de bois. Comme la frondaison d’un arbre, les limbes des feuilles s’étalent,alors au-dessus du pseudo tronc. Le bananier pousse dans les régions chaudes et humides. Il est essentiellement constitué d’eau (80 %).

Un fermier arpente sa plantation de bananes, dans le village de Shofolu, dans l'état d'Ogu (sud-ouest du Nigeria) AFP/PIUS UTOMI EKPEI