Notre Drame de l'Amazonie. Le Monde 22 Mai 2019.

Déforestation : « Notre-Drame de l’Amazonie »

 

L’Amazonie brûle-t-elle ? Oui, mais apparemment pas assez pour émouvoir de puissants décideurs et financeurs, alerte l’archéologue.

Publié aujourd’hui à 06h00, mis à jour à 10h13   Temps deLecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Dans la région de Madre de Dios (sud-est du Pérou), le 17 mai. Cette zone de la jungle amazonienne a été déboisée pour des activités minières illégales. CRIS BOURONCLE / AFP

Tribune. L’Amazonie brûle-t-elle ? Oui, mais apparemment pas assez pour émouvoir de puissants décideurs et financeurs. Ou, seraient-ils eux-mêmes les initiateurs occultes de ces incendies selvatiques ?

A l’heure où le feu réveille les coupables consciences en s’attaquant à des joyaux reconnus du patrimoine mondial, comme le Musée national de Rio de Janeiro ou la cathédrale de Paris, il est sans doute bon de rappeler que les flammes qui ravagent depuis des décennies la plus grande forêt tropicale du globe n’ont rien d’une anodine étincelle. Là aussi un drame se joue, qui aura des conséquences incalculables sur notre futur. Les effets ne se limitent pas seulement à la flore et la faune locales, mais également aux populations autochtones, à la biodiversité terrestre, à l’absorption de carbone et même au changement climatique global.

Oh ! Mais à quoi bon s’inquiéter ? L’Amazonie compterait quelque 390 milliards de troncs, pour une superficie dépassant 6 millions de kilomètres carrés. Pas de quoi s’en faire, affirment les exploiteurs industriels de cette manne végétale. En plus, ils se réfugient derrière l’idée que sa méga-diversité, concentrant 15 % des espèces végétales et animales du monde, est inépuisable, selon un discours de parfaite mauvaise foi. Autant de dérobades qui masquent de sordides intérêts économiques à court terme. En fait, l’homme du XXe siècle aura été le fossoyeur de cette méga-diversité.

Raoni Metuktire, chef du peuple Kayapo en Amazonie brésilienne, initiateur de l’Alliance des gardiens de Mère Nature. UESLEI MARCELINO / REUTERS

Riad-Trip en Amazonie. Source Le Monde site web.

La démarcation du territoire indigène kayapo en 1993 est un tracé invisible entre deux mondes en équilibre et sous tension, objet de convoitises incessantes de la part de l’homme blanc. AVENER PRADO POUR LE MONDEUne fois par mois, les familles du village reçoivent des produits alimentaires, obtenus grâce aux gains perçus par l’exploitation du bac sur la rivière. AVENER PRADO POUR LE MONDEEn 2010, l’association Forêt vierge dépose la marque « Raoni », avec pour logo  la coiffe de plumes jaunes. Des produits dérivés tels que savon, parfum, gel douche, vêtements, chaussures, produits alimentaires, plantes cosmétiques, boissons gazeuses, etc. ont été commercialisés. AVENER PRADO POUR LE MONDE