Programme de Géographie - Classe de 4ème à la rentrée 2019

Repères annuels de programmation

Thème 1: L'urbanisation du monde.

  • Espaces et paysages de l'urbanisation: géographie des centres et des périphéries.
  • Des villes inégalement connectées aux réseaux de la mondialisation.

Thème 2: Les mobilités humaines transnationales

  • Un monde de migrants
  • Le tourisme et ses espaces

Thème 3: Des espaces transformés par la mondialisation

  • Mers et Océans: un monde maritimisé
  • L'adaptation du territoire des Etats-Unis aux nouvelles conditions de la mondialisation.
  • Les dynamiques d'un grand ensemble géographique africain (au choix: Afrique de l'Ouest, Afrique Orientale, Afrique Australe).

Grandes metropoles

Détrônant New York et bondissant de quatre places dans ce classement, Hongkong est la grande gagnante de l’année écoulée. « Le prix moyen du mètre carré y atteint 33 000 euros. C’est la ville la plus recherchée par les grandes fortunes dans le monde », déclare Thibault de Saint-Vincent, président de Barnes. En revanche, après une longue surchauffe entre 2012 et 2016, New York rétrograde. Après le retournement du marché en 2017, la correction s’est poursuivie en 2018 avec une baisse moyenne des prix de 8 %.

Lire aussi  Immobilier : plus d’acheteurs allemands, moins de Britanniques

Troisième et quatrième du classement, Los Angeles (Etats-Unis) et Toronto (Canada) ont beaucoup de points en commun : l’une et l’autre sont des capitales de l’industrie du numérique et de l’Intelligence artificielle ; ces deux citées sont plébiscitées par la clientèle internationale et connaissent un boom de la construction de programmes neufs d’immobilier de prestige.

Los Angeles attire par ses banlieues chics (Beverly Hills et Bel Air), où une maison de 900 m² et 1 500 m² de terrain se négocie autour 13 millions d’euros, et par ses villes côtières telles que Malibu et Santa-Monica. Dans la ville elle-même, les biens haut de gamme se vendent au prix moyen de 8 800 euros/m².

A Toronto, la clientèle s’intéresse principalement aux anciennes demeures de maître (10 millions d’euros minimum) et aux maisons contemporaines (à partir de 5 millions d’euros) dans le quartier de Rosedale, ou aux appartements du centre-ville.

Lire aussi  Locations touristiques illégales à Paris : portrait-robot des propriétaires condamnés

Victime du Brexit, Londres sort du top cinq. Après une chute de 30 % en 2017, Barnes enregistre une baisse de 10 % du nombre de transactions dans la capitale londonienne. Malgré les mouvements sociaux de la fin 2018 en France, Londres est désormais devancée par Paris. Dans l’agglomération parisienne, le nombre de transactions enregistré par Barnes a augmenté de 16 % en 2018, et les prix affichent une hausse de 8 %, atteignant un niveau record.

« Le marché bénéficie de l’effet Brexit avec de nombreuses transactions dans l’Ouest parisien à des Français expatriés envisageant de revenir en France, explique M. de Saint-Vincent. D’ailleurs le XVIe arrondissement, délaissé ces dernières années, attire à nouveau les familles, car le rapport qualité/prix y est devenu très intéressant. De plus, l’arrondissement comprend la plus forte concentration de grands appartements familiaux et les écoles de l’Ouest parisien restent les meilleures de Paris. »

Le dynamisme du marché parisien du luxe est confirmé par Coldwell Banker, un autre acteur important sur le marché de l’immobilier de luxe, qui observe également un retour des acquisitions par des non-résidents et des cadres dirigeants. Chez Coldwell Banker, les ventes dépassant le million d’euros ont progressé de 12 % en 2018 à Paris et les ventes à 15 000 euros le m² ont augmenté de 17,7 %.

Le Monde 29.01.2019