Programme de 5ème Géographie 2018

Repères annuels de programmation Géographie 5ème

Thème 1: La question démographique et l'inégal développement

  • La croissance démographique et ses effets

Répartition de la richesse et de la pauvreté dans le monde

Les defis de l'Inde.

Le cas d'un pays en developpement et de sa population. 1,3 Milliard d'Indiens.

1, 368 milliard d'habitanrs en 2019.

Titre du document :
Carte de l’Inde
Les 15 villes de plus de 2 millions d’habitants. Les régions à niveau de développement économique élevé, moyen ou bas.



Document ajouté le 30 mai 2011

Rizière dans le Kerala (Inde du Sud). / Imago / StudioX

L’Inde reste un géant agricole aux pieds d’argile

La forte dépendance du secteur à la mousson et aux aléas climatiques explique en partie la faiblesse des rendements céréaliers.

Par Marjorie Cessac. ARTICLE PARU DANS LES ECHOS.

Publié le 13/08/17 à 16h52

« Tout peut attendre, à l’exception de l’agriculture. » Au lendemain de l’indépendance, Jawaharlal Nehru, le Premier ministre indien, affiche ses priorités sans ambiguïté. C’est de sa souveraineté alimentaire que la survie de la nouvelle nation dépend. Traumatisée par de nombreuses famines, l’Inde parviendra enfin à être autosuffisante dans la foulée des années 1960 à la faveur de la « révolution verte ». Une politique basée sur la mécanisation et l’usage de pesticides qui, bien qu’elle se solde aujourd’hui par des problèmes écologiques et sanitaires, a permis d’enrayer le fléau des grandes famines.

Nourrir 1,7 milliard d’habitants en 2050.

La population indienne est officiellement estimée à 1,3 milliards d’individus. [DESHAKALYAN CHOWDHURY

 

Plus de quarante ans après son introduction, la production de blé au Penjab et dans l’Haryana a été multipliée par 9 et celle de riz par plus de 30. « A eux seuls ces deux Etats auxquels on peut adjoindre des régions de l’Andhra Pradesh et de l’Uttar Pradesh, peuvent produire suffisamment pour nourrir le pays et permettre de disposer d’un supplément pour l’export », écrit l’économiste Mohan Guruswamy . « Mais, d’ici à 2050, la population indienne devrait atteindre 1,7 milliard, presque l’équivalent de celle de la Chine et des Etats-Unis combinées. L’Inde peut-elle nourrir 1,7 milliard de personnes correctement ? » s’interroge-t-il. Le pays est loin d’en avoir fini avec ses vieux démons. « La production céréalière a effectivement été multipliée par 5 au cours des 60 dernières années », confirme une analyse du site d’investigation IndiaSpend, qui se base sur les données gouvernementales de 2016, « mais la taille moyenne des fermes indiennes est deux fois moins importante qu’il y a 50 ans et les rendements figurent parmi les plus faibles des économies émergentes. »

 

Des femmes transportent des sacs de thé dans l'Etat de l'Assam, dans le nord-ouest de l'Inde. REUTERS

Incertitude climatique

 

L’Inde est, par exemple, le premier producteur au monde de légumineuses mais ses rendements sont pour ces plantes les plus faibles des pays des BRICS. « Etre autosuffisant en légumineuses est politiquement important, il y a des programmes visant cet objectif, en particulier pour le pois chiche, explique-t-on à l’institut de recherche agricole Icrisat, cependant, la volatilité des prix n’incite pas vraiment les agriculteurs à se lancer dans cette production jugée risquée (maladies fréquentes, problèmes de stockage, etc.). »

Car l’incertitude climatique explique aussi lafaiblesse des rendements . « L’agriculture indienne est dominée par de petites fermes, dont plus de la moitié n’ont pas de système d’irrigation », poursuit-on au sein de cet institut. « Elles sont dépendantes de la mousson, et du coup, leurs propriétaires ne savent pas forcément quoi ni quand semer pour optimiser leurs cultures. » Souvent trop endettés, certains ne voient d’ailleurs parfois guère d’autre issue que de mettre fin à leur jour. 

Français : Marché à Udaipur (Inde)
Date 17 mars 2008
Source https://www.flickr.com/photos/dwabyick/2342441312/
Auteur dizznan

Des écoliers du Cachemire, en août 2016. | TAUSEEF MUSTAFA / AFP
Des écoliers du Cachemire, en août 2016. | TAUSEEF MUSTAFA / AFP

Une rue en Inde.