Aucune vidéo n'a été insérée

https://youtu.be/JjPsNoCWSLE

Thème 2: Des ressources limitées à gérer et à renouveler

  • L'énergie, l'eau: des ressources à ménager et à mieux utiliser
  • L'alimentation: comment nourrir une humanité en croissance démographique et aux besoins alimentaires accrus

L'acces aux ressources en eau.

Le cas de la Turquie et des barrages sur le Tigre et l'Euphrate.

Rarete de la ressource en eau.

Tensions ou conflits sur la gestion de l'eau au Proche-Orient dans un contexte de rarete ou de manque de la ressource en eau exacerbee par le changement global.

Vue d'Istanbul en Turquie.

La Turquie entre Europe et Adie. Source wikipedia.

La Capadocce en Turquie.

Vue aérienne d'Istanbul. AFP. Source Courrier International 2015.

L'Euphrate en Irak. Source: archeologie.culture.fr

Le fleuve le plus occidental est l’Euphrate. Long de 2315 km, il draine un bassin versant de 440 000 km², dont 35% se situent en Turquie, 20% en Syrie et 45% en Irak. En revanche, 88% du débit du fleuve provient des eaux turques, alors que 12% provient des eaux syriennes, et que l’Irak ne contribue pas au débit du fleuve.

L’Euphrate est une des premières lignes de front de la guerre de l’eau qui s’annonce au niveau international. Il prend sa source en Turquie dans une région montagneuse où l’eau abonde, traverse la Syrie et finit son périple en Irak. Neuf grands barrages entravent déjà les 2 780 km de son cours.

Le Tigre est le fleuve situé plus à l’Est. Il est long de 1900 km et draine un bassin de 258 000 km², situé à 12% en Turquie, 2% en Syrie, 53% en Irak et 33% en Iran. C’est l’Irak qui contribue le plus au débit du fleuve, à hauteur de 51%. La Turquie y participe à 40%, l’Iran à 9% et la Syrie n’y contribue pas.

Prenant sa source dans les monts Taurus et long de 1 900 km, ile Tigre en parcourt 300 en territoire turc, avant de traverser l’Irak du nord au sud et de rejoindre l’Euphrate pour former l’estuaire du Chatt al-Arab sur le golfe Persique.

Le Tigre, fleuve de légende a Hasankkeyf ( Turquie) en 2008.

Turquie-Irak: du pétrole contre de l’eau?

© AFP 2019 Azhar Shallal
22:38 26.05.2018

Ayant construit de nombreux barrages sur l’Euphrate, la Turquie n’a laissé à l’Irak que 30% de l’eau venant de ce fleuve. 

AFP/BULENT KILIC

Pourtant, en 2006, le gouvernement turc a officiellement commencé à construire un barrage géant de l’autre côté du Tigre qui entraînera la noyade d’environ 80 % de Hasankeyf et le déplacement de ses 3 000 habitants, ainsi que de nombreuses autres personnes. Le barrage – Ilısu – est maintenant presque terminé, et l’inondation pourrait commencer n’importe quand au cours de la prochaine année.

Erdoğan a déclaré lors d’un rassemblement électoral dans la ville de Mardin, dans le sud-est du pays, près du barrage, que le projet d’Ilısu, d’une valeur de 8,5 milliards de livres turques contribuerait à hauteur de 1,5 milliard de livres turques par an à l’.

« Si Allah le veut, nous commencerons à le remplir le 10 juin 2019 », a-t-il déclaré.

La Turquie a brièvement commencé à remplir le barrage en juin 2018, mais il s’est arrêté temporairement une semaine plus tard à la suite de plaintes irakiennes concernant une réduction des débits d’eau au plus fort de l’été.

Environ 70% des eaux irakiennes proviennent des pays voisins, notamment le Tigre et l’Euphrate, qui traversent la Turquie.

Un Kurde verse de l'eau sur la tête d'un enfant, après avoir passé la frontière turque pour échapper au groupe terroriste Etat islamique - © BULENT KILIC

Depuis l’année dernière, les pénuries d’eau en Irak l’ont amené à prendre des mesures telles que des interdictions de planter du riz et ont poussé les agriculteurs à quitter leurs terres. La province de Bassorah a été témoin de manifestations de rue pendant des mois contre le manque d’eau potable.

Le barrage d’Ilısu est l’un des barrages prévus dans le projet d’Anatolie du Sud-Est (« GAP projesi » en turc).  Construit sur le Tigre en Turquie, il devrait constituer le plus grand barrage du projet. La capacité prévue du réservoir devrait dépasser les 10 milliards de mètres cubes.

 

Turquie-Irak: du pétrole contre de l’eau?26.05.2018

Ayant construit de nombreux barrages sur l’Euphrate, la Turquie n’a laissé à l’Irak que 30% de l’eau venant de ce fleuve. «Malheureusement, la construction d’une partie des barrages turcs a été financée par des investissements arabes», a déclaré à Sputnik un ingénieur irakien, spécialiste des questions écologiques.

La politique turque de l'eau a mis l'Irak dans une situation très difficile, les Turcs prétendant que l'Irak ne possédait ni le Tigre ni l'Euphrate, car l'Euphrate se jetait dans le Tigre, ce qui formait un seul bassin fluvial, a indiqué à Sputnik Latif Abd Salim, spécialiste irakien des problèmes de l'environnement.

Le Karakaya, un des 21 barrages du projet GAP (Gilles Munier 2006)

 

«L'Irak pourrait résoudre la crise de l'eau en faisant pression économiquement, le chiffre d'affaires du commerce entre la Turquie et l'Irak s'élevant à des milliards de dollars par an. Cela pourrait aider l'Irak à faire valoir ses droits légitimes à l'eau», a estimé l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter qu'il existait aussi une autre voie.

© AP PHOTO / MOHAMMAD HANNON

 

«Il y a en Irak un immense territoire aride qu'il pourrait proposer aux investisseurs turcs pour y promouvoir l'agriculture. Dans un tel cas, il ne serait pas rentable pour la Turquie de couper l'eau à l'Irak. Si la production agricole en était destinée à la Turquie, la politique d'Ankara en matière d'eau changerait», a estimé l'Irakien.

 

Les scientifiques constatent que les territoires irakien et syrien figurent parmi les terres les plus arides, y compris à cause de la construction par la Turquie de multiples barrages sur le Tigre et l'Euphrate. Ces 30 dernières années, Ankara en a érigé 22.

«À l'heure actuelle, la construction du barrage turc d'Ilisu sur le Tigre est le plus grave problème pour l'Irak en matière d'eau. Si ce projet est réalisé, l'Irak sera privé d'encore 40 à 45% d'eau. Cela aura des conséquences bel et bien catastrophiques pour le pays», a conclu l'interlocuteur de Sputnik.

 

 

En Turquie, Hasankeyf, ville de 12.000 ans, va disparaître sous les flots du Tigre

La citadelle de Hasankeyf en Turquie, en 2018 (SEDAT SUNA/EPA/Newscom/MaxPPP)
franceinfo Culture (avec AFP)

Mis à jour le 08/01/2019 | 11:54 – publié le 08/01/2019 | 11:54

Située dans le sud-est à majorité kurde de la Turquie, la citadelle de Hasankeyf, habitée depuis 12.000 ans, va disparaître dans les prochains mois sous un lac artificiel, conséquence du barrage hydroélectrique d'Ilisu construit en aval sur le Tigre.

Ilisu est une pièce centrale du Projet d'Anatolie du Sud-Est (GAP), un plan d'aménagement du territoire visant à doper l'économie de cette région longtemps négligée par Ankara en s'appuyant sur l'énergie et l'irrigation. (Source: France Info).

 

Tigris AFP/BULENT KILIC

Bassin du Tigre et de l'Euphrate

Aucune vidéo n'a été insérée

Source wikipedia.barrages au Proche et Moyen Orient

La Turquie et la gestion de l'eau

 © ARTE Editions / Tallandier - octobre 2005. Cartographie de Frédéric Lernoud

Le Tigre et l'Euphrate se partagent entre la Turquie et ses voisins syriens et irakien. Les fleuves en partage entre plusieurs Etats ne sont pas un cas unique. Il y a environ 200 bassins fluviaux de ce type dans le monde, et seuls quelques-uns ont un statut international ; ce n'est pas le cas de l'Euphrate. 

Le barrage Ataturk en Turquie .

Les citernes d’Istanbul- Constantinople en raison de la pénurie d’eau, de la présence minime de sources d’eau, de la sécheresse, d’éventuelles attaques, les citernes étaient le type de monument le plus construit dans la capitale de l’Empire Romain de L’orient.