Mercredi 15 Avril 2019 vers 18h30....soudain, Notre-Dame en feu....

Edouard Magrino Afp

Quasimodo, le sonneur de Notre-Dame, est un être imparfait, inachevé. C’est le propre de l’humanité, que peut protéger une cathédrale, l’illustrer, la célébrer, mais qui ne la garantit pas. L’humanité a parfois la figure des gargouilles de l’église. Mais la cathédrale transfigure la laideur et son élévation surhumaine est le fruit de l’idéalisme foncier de l’homme. STEPHANE RATTI, HISTORIEN, Le Figaro.17.04.2019

La littérature, la culture, l’humanisme sont des idéaux. On les devine même dans les périodes de brouillard. Dans l’incendie de Notre-Dame des «monstres ont été réveillés de leur sommeil de pierre par les flammes». Ces fantômes s’appellent destruction, disparition, décadence, oubli.

Mais les images de Notre-Dame en feu ont sans doute réveillé l’appel vers ce qui nous dépasse. Hugo le savait: «Au-dessus de la flamme, les énormes tours, de chacune desquelles on voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore dans toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel».

Image Yves Herman Reuters

Image Herman Reuters

Reuters

Boris Cyrulnik : "Donner sens à la tragédie permet, très vite, un développement résilient"

Un choc national et mondial...

Boris Cyrulnik : L'incendie de Notre-Dame est une catastropheesthétique, mais surtout symbolique qui touche les chrétiens comme les non-chrétiens. Car cette religion fait partie de l'histoire humaine. Il y a une réaction internationale, les Français comme les non-Français sont blessés. C'est habituel. On l'a vu après les attentats du Bataclan et de Charlie Hebdo. La catastrophe provoque deux réactions opposées : une majorité vole au secours des blessés et des morts, bien que, dans le cas présent, il n'y en ait pas. C'est une mort symbolique. Et une minorité ne se sent pas concernée.

Boris Cyrulnic, psychiatre  L'Express,  Avril 2019

Image Reuters, Le JDD.

Images Paris Match

Le mercredi 15 Avril 2019, nois avons assiste a un incentie en direct. Le toit de Notre-Dame de Paris et la charpente ont brule.

La structure semble fissuree.

850 ans d'Histoire de Paris et de la France...

Image afp

Reuters

HermanReuters

 

 
 
 
 
 
 

NOTRE-DAME DES CENDRES, NOTRE-DAME À TOUS

Mercredi, 17 Avril, 2019

Lundi soir, des milliers de Parisiens, de banlieusards, de touristes ont convergé vers l’île de la Cité. Une mer de femmes et d’hommes qui ont tous, croyants ou non, un lien intime avec Notre-Dame.

Ils étaient des milliers à se presser autour du brasier. En ce lundi de cendres, Notre-Dame n’était pas seulement enlacée par la Seine. Les chênes multiséculaires pouvaient brûler, une autre forêt millénaire était là pour soutenir la vieille reine. Parisiens, banlieusards, touristes étrangers, telle une muraille, sont venus pour supporter ses piliers. Arc-boutés devant ses arcs-boutants, ils soutenaient du regard les échafaudages incandescents, cachant mal leur crainte de voir tomber les deux beffrois.

«Un silence de cathédrale règne sur l'île de Cité »

« Aïe, non, ça repart. Les flammes reprennent dans la tour », glisse, peu après 21 heures, une femme noyée dans cet océan de désolation. La phrase est prononcée dans un souffle, à peine audible. « Gît-le-cœur », peut-on lire à l’angle de cette rue débouchant sur les quais inondés par la foule, unie dans l’angoisse et le silence. Il fallait venir pour écouter ce silence.

« Un silence de cathédrale », glisse un jeune homme dont on ne connaîtra jamais le nom, buvant une bière à la terrasse du Corcoran’s. À ses côtés, Flavien, 29 ans : « Notre-Dame, je passais tous les jours devant quand j’allais à la fac. C’est une partie de notre vie, de notre paysage quotidien qui part en fumée. De notre histoire aussi. » Aujourd’hui professeur à Brétigny-sur-Orge, il apprend à ses élèves de cinquième le rôle qu’ont joué la religion et l’Église dans la construction de l’État au Moyen Âge. « Je leur explique pourquoi il y a une église au centre de chaque village.

Inoubliable chanson de Bruno Peltier, Le Temps des Cathedrales. Comedie musicale Notre Dame de Paris.1998.

Chanson Belle, Garou, Daniel Lavooe et Patrick Fiori. 1998